Le sommeil de bébé, six trucs pour l’améliorer

C’est décidé, votre bébé va enfin connaître les joies d’un sommeil serein (et vous aussi, par la même occasion). Comment atteindre cet eden tant espéré ? Ces six petits “trucs” peuvent vous aider à enfin aider le sommeil de bébé. 

Chaque enfant est particulier, porteur de son histoire personnelle, de sa personnalité, d’une énergie différente… mais tous les bébés n’en restent pas moins de petits mammifères, soumis au même rythme circadien, répondant de façon identique à la lumière du jour.

Suivez nos conseils :

 

Comprendre comment fonctionne le sommeil de bébé

Avant d’appliquer le moindre “truc”, je vous conseille une lecture attentive de Le sommeil, le rêve et l’enfant. Ce texte, disponible en ligne et organisé en de bien pratique chapitres, est le fait des docteurs Marie Thirion (bien connue pour son livre sur l’allaitement) et Marie-Josèphe Challamel. Il fait le point sur la biologie du sommeil de bébé et répond à de nombreuses questions que se posent tous les parents. Il permet surtout de comprendre comment bébé dort (rythme circadien, sommeil calme, sommeil agité, etc.) et comment éviter certaines erreurs.

Retour au menu ↑

Couchez votre bébé plus tôt

Cela peut vous sembler fou, vous qui rêvez d’un début de nuit complète, mais sachez qu’un enfant couché tôt dort mieux et plus longtemps. Oui oui oui. Les bébés sont très sensibles à la lumière du matin : pilotée par leur rythme circadien, leur journée commence donc très très tôt.

Ainsi un bébé de 4 mois aura plus de chance de dormir ses 11 heures réglementaires (et nécessaires) s’il est couché à 19h/19h30 (mais attention, vous n’échapperez sans doute pas aux réveils au milieu de la nuit).

Retour au menu ↑

Sieste : bébé dort mieux quand on respecte son rythme

Un bébé sera également plus enclin à dormir bien et longtemps si vous le couchez au bon moment, en respectant ses plages d’éveil. Mais comment s’y retrouver ?
Une bonne dose d’observation et quelques conseils :

  • les nouveaux-nés ont des plages d’éveil de 90 minutes, environ
  • les 4/6 mois tiennent éveillés 2h le matin et 2h30 à 3h l’après-midi, avant le coucher du soir
  • pour les 6/9 mois, préparez-vous à 2h30 d’activité le matin avant leur sieste et à 3 à 4h avant le coucher du soir
  • enfin, les 9/12 mois pourront redormir le matin 2h30 après leur réveil et se tiendront éveillés pendant 4h, l’après-midi, avant le coucher du soir.

Pour maximiser vos chances de sourire béatement au-dessus d’un enfant endormi, couchez votre crapeau 15 minutes avant la fin des plages d’éveil détaillées plus haut.

sommeil de bebe

Retour au menu ↑

Couchez votre bébé somnolent MAIS éveillé

Couchez votre enfants encore éveillé (mais un peu somnolent). N’attendez pas qu’il soit endormi pour le poser dans son lit, mais laissez-le au contraire trouver le sommeil par lui-même, sans crainte et sans angoisse. Une expérience qu’il doit vivre, ressentir, pour ne pas en avoir peur.

Faites-en une (bonne) habitude le plus tôt possible, vous vous assurerez de meilleures nuits pour les années à venir. En effet, tous les humains (adultes y compris) expériment des réveils nocturnes, c’est normal. Mais ils savent se rendormir seuls. L’apprentissage sera plus dur (pour vous !) si votre bébé n’y a pas été habitué tôt.

Retour au menu ↑

Un bébé c’est bruyant, même la nuit

Vous l’aurez noté, sans doute : pendant son sommeil votre bébé grogne, bouge, s’agite et fait tout plein de petits bruits de bouche particulièrement sonores. Mais cela ne signifie en rien qu’il a besoin de vous. Cette agitation est totalement normale, ne réveillez pas votre enfant en vous précipitant à son chevet et dormez sereinement, malgré ses adorables grognements !

Bien sûr si bébé pleure, il vaut mieux aller le voir. Mais s’il pleure vraiment, pas s’il geint. Attendez toujours 2 minutes, montre en main, avant de vous lever.

Retour au menu ↑

La nuit : peu de stimulation

Bébé pleure. Vous avez attendu au moins 2 vraies minutes avant de vous précipiter et il hurle toujours ? OK, filez ! Mais attention, soyez très calme, n’allumez pas les lumières, parlez doucement, faites le maximum pour éviter de vraiment réveiller votre enfant.

Après avoir vérifié que ce n’est pas la faim qui a tiré junior des doux bras de Morphée, essayez de le reposer dans son lit après l’avoir doucement bercé. Frottez-lui le dos, chuchotez-lui une berceuse… mais surtout : du calme, le plus grand calme possible pour rester dans le ton nocturne.

Voilà. Six petits trucs pour essayer d’améliorer vos nuits agitées depuis l’arrivée de votre bébé… Six petits trucs qui ne vous épargneront sans doute pas totalement les joies de la privation de sommeil. Elles en atténueront peut-être les douleurs, permettront la mise en place de bonnes pratiques, mais dites-vous que ces quelques mois de nuits difficiles font probablement partie de ces rites d’initiation qui font de nous des parents (le premier des sacrifices, peut-être, consenti avec tout notre amour)…

Vous avez d’autres “trucs” pour améliorer vos nuits ?
N’hésitez pas à en faire profiter les autres parents, dans les commentaires.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire